• Urgences européennes ( suite 6)

    Salut camarades!, pour vous mettre en bouche:(( On dit qu'il n'y a point de péril  parce qu'il n'y a pas d'émeutes(...) je crois que nous nous endormons à l'heure qu'il est sur un volcan, j'en suis profondément convaincu (...) Ce n'est pas le mécanisme des lois qui produit les grands événements, messieurs, c'est l'esprit même du gouvernement.(...) car, je vous le répète , cet esprit-là vous conduit à l'abîme.))

    discours d'Alexis de Tocqueville à la Chambre, le 29 Janvier 1848

    (( Ce qui se joue aujourd'hui est une question de vie ou de mort. Pour la démocratie et pour le pays, même pour les sceptiques; Cette crise qui nous étreint , sait-on même pour combien de temps? Elle est totale concernant la France; fort heureusement il y a EADS et quelques grands groupes ayant échappé au carnage en prenant prudemment l'air du large. D'aucuns parmi des gens sensés pensent même  que la France peut TOUT AUTANT continuer à décliner, mais a encore la possibilités de s'en sortir; En vérité notre pays s'est déjà sorti de bien des malheurs encore plus graves. prions donc le ciel que ce soit possible. Car disait Mitterrand : ((nous sommes les meilleurs!))

    Je suis un vieillard qui a eu une existence mouvementée, mais je suis d'avis qu'il faut parler aux jeunes générations et oublier celles qui nous ont mis dans la merde. Je dis ce que je pense vraiment, car dans ma vie j'ai travaillé uniquement avec des jeunes, c'est pourquoi j'ai eu toutes les satisfactions avec mes subordonnés et mes camarades, mais beaucoup de déceptions avec mes supérieurs. Pas tous, Dieu merci, mais quand même un sacré PAQUET de couilles molles et d'ouvreurs de parapluie. Mon  problème actuel alors que j'ai 14 arrière-petits enfants et d'autres en chantier, est de me demander qu'allons nous LEGUER à notre progéniture? Beaucoup me répondent d'un ton léger: ((ils se démerderont!)) Fasse le ciel à nouveau qu'ils aient raison. Mais ce souci demeure... 

     

    Partant de la situation actuelle de l'Europe, incluant la France, c'est de toute une civilisation qu'il s'agit, qui fut brillante , mais s'est perdue dans la facilité la démagogie et la lâcheté.  Cet Occident qui domina la planète est actuellement ruiné, et écologiquement bien malade. Du train où le navire donne de la bande, seul un effort considérable, exigeant des sacrifices à tous les niveaux, peut sauver les jeunes générations inconscientes de la gravité de la situation . Ce disant, j'ai quand même l'impression de pisser dans un violon, car je ne  me suis pas  inquiété de la situation uniquement  depuis l'arrivée de la crise , mais depuis notre défaite de 1940. Il y a longtemps que la France a décliné, revenant à ses démons aussitôt après la guerre , reprenant les mêmes pour recommencer. J'étais jeunes , naïf, pur dans mon genre, mais mon éducation ne m'avait jamais préparé à le vie que j'ai connue. Il y avait le bien et le mal le moche et le beau. Autant dire que je croyais au père Noël. Malgré ma prise de conscience  prématurée, et une nature plutôt gaie, un doute est toujours demeuré au fond de moi-même parce que j'attendais trop de la vie et de moi-même , me jugeant sans complaisance et rarement satisfait de moi.

     

    Autant dire que je ne prends pas pour un sage ni même un conseiller en philosophie. Mais quand je constate  l'énorme manque de BON SENS élémentaire de ceux à qui nous avons confié notre gouvernance., ïl y a  de quoi s'inquiéter pour l'avenir. Songeant à ce que fut la France, ce pays disait-on   béni   des Dieux , ce pays dont les soldats allemands disaient nostalgiquement: Heureux comme Dieu en France. La deuxième puissance maritime du monde, à ce jour encore, la cinquième puissance économique mondiale. L'héritière d'une histoire culturelle éclatante , visible dans chaque château, cathédrale et églises à travers ses paysages variés, ses cuisines régionales uniques au monde  signe  d'une culture reconnue à l'étranger, mais gâchée par une évolution lénifiante sous prétexte de liberté, mais en fait de laxisme, de facilités diverses et de démagogie. Comment ne pas redouter qu'un peuple redoutant son déclin, ne soit convaincu qu'il est déjà sur la pente fatale de la décadence?

    A suivre

     

    Google Bookmarks