• Surprise starégique ( suite)

    L''importance de cet article est telle que je vais essayer de vous en extraire la substantifique moelle. J'espère que le général DESPORTES me pardonnera.

    (( l'histoire n'est pas linéaire, mais elle s'accélère au rythme exponentiel des découvertes scientifiques. Parallèlement les surprises stratégiques se succèdent à un rythme de plus en plus rapide tandis que la gamme de leur nature s'élargit. L'interconnexion du monde accroit en outre le caractère mondial des "surprises". Hier, l'éruption d'un volcan islandais passait inaperçue: aujourd'hui EYJAFJÖLL, 2010,  clouant des avions au sol, elle surprend une grande partie de l'hémisphère nord. Hier, l'effondrement d'une banque ne ruinait que quelques entreprises locales; aujourd'hui, celui de LEHMAN BROTHERS en 2008 déclenche une crise financière mondiale.))

    ((Aujourd'hui, par le biais du terrorisme international, toute crise a des conséquences potentielles graves pour la France et impose des réactions souvent militaires...L'effondrement français de 1940 constitue en fait une exception: les conséquences d'une surprise stratégique peuvent être importantes, elles sont rarement décisives. Elle n'est jamais une GARANTIE absolue du succès. Malgré Pearl Harbor les Japonais perdirent la guerre. malgré "Barbarossa" les Allemands reculèrent devant les Russes et le III° Reich fut anéanti. L'adversaire surpris est "neutralisé", mais le plus souvent de manière temporaire. Momentanément dans l'incapacité de réagir de manière adaptée, le procédé ne modifie que temporairement l'équilibre des forces entre deux adversaires, aboutissant rarement à  une paralysie complète et durable de l'adversaire (ce qui fut hélas le cas en 1940, mais c'est un autre sujet déshonorant pour la France))

    (( la surprise stratégique IMPOSE donc les deux notions de "RESILIENCE" et de "CAPACITE D'ADAPTATION". Le coup PHYSIQUE et PSYCHOLOGIQUE porté par la surprise sera MORTEL si ,  et  seulement  si l'acteur n'est pas doté  des capacités suffisantes d'encaissement et de réaction.  Réapparaît ici le concept FONDAMENTAL  d'EPAISSEUR STRATEGIQUE (dont la France disposait cependant en 1940, sa FLOTTE et son EMPIRE COLONIAL) et ce qu'elle confère de capacité à SURVIVRE et à reprendre l'ascendant. En aval, se réaffirme l'importance de la notion de "RESERVE STRATEGIQUE"( dont ne dispose plus la France aujourd'hui!))

    (( L'illusion la plus GRAVE consiste à penser qu'on pourra anticiper les "surprises stratégiques", donc les EVITER, sinon à y PARER. La surprise est consubstantielle au domaine conflictuel...La première des exigences INTELLECTUELLES est d'ADMETTRE qu'elle surviendra, TÔT ou TARD, malgré la pertinence et l'efficacité des dispositions prises pour s'en protéger. C'est d'autant plus vrai qu'il y a LOIN  de l'INFORMATION à la CONNAISSANCE, et LOIN de cette dernière à la COMPREHENSION. S'Y ajoute , que s'il est possible de CONNAÏTRE LES CAPACITES, il est infiniment plus DIFFICILE de COMPRENDRE les INTENTIONS. Lors des attentats  du 11 septembre 2001, les services américains disposaient de TOUS LES INDICES NECESSAIRES, mais ils n'ont   pas produit l'ALERTE UTILE .))

    (( C'est SEDAN en 1940, lorsqu'on montre au commandant en chef, le général GAMELIN, les photos aériennes des colonnes allemandes traversant les ARDENNES en direction de la MEUSE, IL REFUSE L'EVIDENCE! (c'était méconnaitre l'expérience blindée nazie en Espagne et la courte et stupéfiante campagne de Pologne!)

    Lorsqu'un général en chef ne suit pas les actualités et ne tient aucun compte des réelles possibilités des moyens modernes dont les services de renseignement le préviennent en continu,  et qu'il demeure figé sur une autre guerre, il  est IMPOSSIBLE de jouer la partie. A cet échelon , c'est impardonnable! Dans le système français , où le Président de la république est le chef des armées, la désignation du général en chef est FONDAMENTALE: "aucune autre considération" ne doit importer que sa COMPETENCE. (Suivez ma pensée...) Et pourtant , De Gaulle avait prévenu... et la politique en "avait décidé" autrement.

    ((Cela impose la pensée et l'expression critique, la diversité: l'ABSENCE DE CONFRONTATION INTELLECTUELLE, la CULTURE UNIQUE CONDUISENT DIRECTEMENT AU DESASTRE. La prospective, la préparation de l'avenir, sont des dimensions essentielles de la réflexion de défense, se heurtant à une grande difficulté: la RELATION CONFLICTUELLE est une relation dialectique excluant par nature la CONTINUITE. Le fait même d'avoir imaginé UN TYPE d'action fait qu'elle ne se réalisera pas. Dans 80% des cas, les EQUIPEMENTS militaires ne sont pas utilisés pour les FONCTIONS ayant présidé à leur conception et qu'il faut les adapter en permanence.  Donc ajouter à la prospective utile , la réflexion sur ce qui bien qu'apparemment improbable, serait le plus dangereux.))

    Ayant fait campagne dans une "division de chèvres", tant elle fut spécialisée dans la guerre en montagne, les Allemands ont toujours été stupéfaits devant les prouesses de nos goumiers et tirailleurs grimpant à l'assaut de positions  jugées inabordables. Les actions de commandos les plus réussies sont souvent celles dont l'audace étonne encore les historiens. C'est tellement vrai qu'après le débarquement en Provence, le haut commandement n'avait pas imaginé la vitesse de progression de la  1° Armée française,  tombant en panne de carburant et de munitions dans le Jura .Les audaces du célèbre capitaine CROSIA, officier de renseignement du 7°RTA lors de la prise de Marseille permirent la reddition de dizaines de milliers de soldats aguerris, mais stupéfaits du culot de cet officier ( réserviste , mais prêtre lorrain dans le civil)

    A suivre

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :