• Reparlons du MALI

    Quand nous avons appris la décision du général Hollande de répondre à l'appel des Maliens, souvenez vous, j'étais d'accord avec ce geste, pour gagner une bataille contre des salopards si nous les surprenions  ,quant à gagner la guerre; dans ce genre de combat, il ne fallait pas y compter, ça me rappelait trop le Vietnam, où nous avions vaincu si souvent avec nos groupes mobiles, mais où les Viets nous ont eus à l'usure... La loi des gros bataillons, la masse.

    Mais quand j'ai connu les effectifs et le discours:(( ça durera le temps qu'il faudra,))... Avec nos effectifs militaires rabotés et notre solitude, je savais que nous allions nous planter en Afrique pour longtemps. Que des généraux expérimentés n'en aient pas prévenu Hollande, cet amateur incurable, qui allait jouer à la guerre avec nos petits gars, j'en étais saisi d'appréhension pour la suite . Si nous avons remporté la première manche , nous ne disposions plus des effectifs et des moyens capables de tenir le pays. De plus , tous les anciens connaissant les Touaregs, savaient que pour eux , les NOIRS n'étaient que des esclaves dont ils avaient toujours refusé de dépendre... et à plus forte raison de subir la gouvernance erratique bien connue.

     Ne parlons pas de la traditionnelle politique bordélique africaine du Mali dont dépendrait le règlement d'une paix éventuelle.  Le pays actif se situant  au centre et dans le sud. Maintenant , considérant le terrain, une zone de plus de 3000 kilomètres de long , de Mauritanie au Tchad ,  et beaucoup plus si ça nous entrainait au SOUDAN, et d'environ 200 kilomètres de large du SAHEL, sans compter l'immensité du SAHARA. Il eut fallu au minimum 30000 hommes organisés en Groupes mobiles sécables en unités légères appuyées par avions, hélicos et drones . 

    Dans une affaire de cette ampleur non EVALUEE SUFFISAMMENT, les forces africaines de la MISMA, ne seraient guère utiles dans ce terrain, car ces unités africaines non motivées, mal encadrées, sous-équipées, et sans entrainement, ne feraient pas le poids contre des fanatiques connaissant le terrain et endurants. D'ailleurs, ce sont elles qui ont essuyé les pertes humaines les plus importantes. De 3000 hommes, lors de l'arrivée "tardive" de la MISMA (reconnue par notre ministre de la défense) nos troupes n'étaient plus qu'au nombre de mille hommes pour tenir le quart du mali. Ce que le représentant de la MISMA a mis en avant pour justifier ses pertes; Argument ne tenant aucun compte  du cahier des charges des gars de Serval, qui étaient de pacifier le centre pour réussir les élections.

    Si les combats se situent actuellement dans le nord est du Mali, toutes nos forces ne restent pas groupées, car sur renseignements (drones, avions,renseignements humains, etc.) , ce sont des commandos qui mènent les coups de main sur les objectifs repérés ou déjà attaqués par la chasse, puis  vont d'ailleurs au résultat ,comme récemment , un convoi de 3 véhicules chargés de munitions a été straffé, 13 convoyeurs ont été expédiés au paradis  et les commandos ont détruit plus de 3tonnes de munitions.

     Asuivre

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :