• Quelques chiffres :

    -      le budget de la nouvelle agence européenne de défense reste plafonné  au niveau RIDICULE de 30 milliards d’Euros. (USA : environ 600 milliards de$.)

    -      Depuis 1950…le projet d’armée européenne demeure en instance, alors que la défense ne s’improvise pas. La France l’ayant appris à ses dépens, mais persévérant dans ses vielles habitudes.

    -      La rationalisation des dépenses militaires entre les 27 permettrait de réaliser des économies d’échelle importantes (Cf. projet franco-britannique), tout en renforçant l’industrie d’armement trop  dispersée et par conséquent beaucoup trop coûteuse (La Palisse !) L’exemple de l’A400M, cet avion de transport qui nous fait cruellement défaut  (l’arlésienne), devrait s’étendre à un maximum d’armes, de véhicules et d’avions européens. La standardisation, en accord avec l’OTAN, est la seule solution pour créer une unité et rendre la logistique fiable.( munitions, pièces détachées, etc)

    -      Au niveau des dépenses, l’Europe est le dindon de la farce à l’échelle mondiale. Ainsi  participe  t’elle à 60% de toute aide au développement alors que les Etats Unis n’y sont que pour 34%.

    -      De même, l’Europe assure le financement QUASI-TOTAL de l’autorité palestinienne… alors que c’est à Washington que se déroulent les négociations de paix…

    -      L’Union européenne contribue pour 40% au budget de l’ONU, pour 44% aux ressources du PNUD et pour 80% aux fonds de consolidation de la paix.

    -       Depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, l’Union européenne a remplacé la Communauté européenne comme OBSERVATEUR auprès de l’Assemblée générale de l’ONU. Cependant, de par son statut d’observateur, l’Union européenne ne jouit pas à l’Assemblée générale des privilèges accordés aux Etats membres (droit d’intervenir en bonne place  dans les débats. Au même titre que les représentants des autres groupes régionaux,  (Surinam au nom de la communauté caribéenne, de NAURU !!! au nom de la MICRONESIE, de FIDJI, de PALAOS, des îles SALOMON, et des îles MARSHALL, etc)  le droit de réponse, le droit de DISTRIBUER des DOCUMENTS OFFICIELS !, le droit d’amendement, de soulever des points d’ordre, etc (…)

    -      On croit rêver. L’Europe  = beaucoup de financement, mais peu de poids et de considération.

    -      Les conséquences pour la politique extérieure et la diplomatie européennes en l’absence d’interlocuteur UNIQUE à l’ONU, c’est UNE VOIX ou 27 ?! L’Europe est donc bien le dindon de la farce. C’est un véritable scandale qui ne semble pas émouvoir les  gouvernants qui attendent quoi pour se faire respecter ?

    Google Bookmarks

  • Chers camarades,

    Je viens d’assister à l’ultime réunion des survivants de ma promotion de saint Cyr-Coëtquidan (Indochine 1946). Nous n’étions que 16 encore présentables sur plus de 800 à la sortie. Les guerres et le temps ayant accompli leur œuvre, nous étions les derniers des Mohicans d’un empire éclaté.

    Pour présenter le concours, il fallait attester soit des titres de résistance soit des titres de guerre, soit les deux, ce qui fut mon cas. Pour expliquer que ma génération, concernant la guerre avait donné, mais que concernant les politichiens, chers à De Gaulle, nous appréhendions l’avenir, car très tôt après 1945 ils avaient refait surface et remis en route une république du style des années 30 qui nous avait valu la plus redoutable défaite de notre histoire.

    En fait, depuis 1812, la France n’avait plus gagné de guerre, car celle de 14-18, sans l’intervention des USA la victoire n’aurait pas été assurée. Parmi nous, notre ancien président, le général d’Armée Wilfried BOON, l’ex général CMAT Jean DELAUNAY, d’autres généraux et colonels titrés sur le terrain durant plus de 12 ans… Tous ces braves gars, comme aurait dit notre vieux BIGEARD, étaient lucides donc pas spécialement optimistes sur l’avenir de notre pays et même sur celui de l’Europe en général… Notre premier ministre avait courageusement déclaré dès 2007 que la France était en faillite après avoir gaspillé sans compter l’argent de notre bon peuple depuis plus de trente ans. Dans l’indifférence générale.

    Mes camarades généraux ayant occupé de hautes fonctions au titre de l’armée de terre avaient eu l’occasion de manifester à plusieurs reprises leur opposition aux réductions du budget de la Défense. Certains avaient même claqué la porte, voire démissionné. On ne peut donc pas attribuer ce gaspillage aux Forces Armées qui sont les plus faibles dont nous ayons disposé depuis des décennies, de plus sans réserves, sauf peut-être dans la Gendarmerie.

    Habitués à fermer nos gueules et à exécuter les ordres des politiciens, nous sommes résignés, le petit doigt sur la couture. Or voici que dans un article remarquable de la revue DSI, un officier supérieur en stage à l’Ecole Supérieure de Guerre (du moins son équivalent actuel) a écrit sans être contredit : "Les officiers  ne sont plus classés parmi l’élite de la nation." Quant aux sous-officiers, d’un niveau plus élevé qu’ils ne le furent jamais, ils ne croient plus au père Noël.

    Comment nos politichiens ont-ils pu en arriver là ? Car même au moment de la cagnotte à Jospin, la Défense a eu droit au tour de vis. Depuis, le rétrécissement de nos forces a été spectaculaire, au point que même la gauche s’en est inquiété, mais par démagogie électorale plus que par raison.

    La crise certes en porte une lourde responsabilité, mais le fait est là, la France ne dispose plus de forces armées crédibles et chacun d’entre nous ayant gardé le contact avec nos camarades de l’active, toutes armes comprises… se pose la question de l’avenir de nos descendants à moyenne et lointaine échéance.

    L’absence d’un vrai gouvernement européen, d’une armée européenne qui ne se construit pas  à la va-vite, menace notre avenir alors que lentement l’ennemi a introduit chez nous son cheval de Troie. Devant la chienlit renaissante et l’ambiance de guerre civile qui se propage dans certains milieux, nous sommes en droit de nous demander dans quel genre  de démocratie nous vivons.

    Un journaliste du Monde ose parler de simple « éraflure économique » après les grèves de ce mois ci. Plus de CENT pétroliers en attente devant Marseille. Chaque pétrolier bloqué en mer coûte plus de 30.000 dollars par jour. Sans parler des coûts de remise en route des raffineries et autres installations. Les régions les plus gravement touchées étaient : la Normandie, l’Île de France, la Picardie, le Centre et le Limousin. L’Union des Industrie chimiques, dépendant du pétrole, prétend avoir eu 500 millions d’Euros de déficit à l’exportation et vraisemblablement perdu de nombreux clients étrangers exaspérés par le comportement des Français. Ne parlons pas des transports routiers et de l’augmentation de 10 à 15% du prix du gazole.

    Quand on connait nos chiffres à l’exportation où nous ne sommes plus compétitifs dans de nombreux domaines, notre pays est en train de perdre toute crédibilité internationale. Mais c’est en toute impunité que la CGT notamment, qui dans le passé a coulé le grand port de Marseille, sabordé la marine marchande (souvenez vous du France, notre orgueil national !), poursuit son œuvre destructrice dans l’indifférence générale.

    Sommes nous concernés, nous qui avons risqué notre peau pour l’amère patrie ? Ou condamnés à demeurer des ilotes. Nous qui n’avons jamais eu le droit de grève, ni réclamé. Nous qui n’avons eu le droit de vote qu’en même temps que les femmes  dans un pays se prétendant république démocratique !

    Alors ? Nous qui ne sommes plus que des citoyens civils, n’avons-nous plus le droit de nous exprimer ? Réservé aux excités  irresponsables, à des syndicats non représentatifs de la majorité du pays, aux médias œuvrant pour l’opposition et aux gauchistes de tout poil.

    Nous qui faisons partie de la France profonde. Sommes-nous devenus des veaux ? Je vous pose la question car très bientôt le pays risque de basculer dans un archaïsme utopique et démagogique qui nous a déjà coûté très cher.

    Si nous n’allons pas voter car trop écœurés, nous ferons le jeu des saboteurs qui se révéleront incapables de nous sortir de l’ornière dans laquelle ils enfoncent notre pays.

    En attendant, réveillez vous, camarades. L’heure est plus grave que ne le croient la plupart de nos concitoyens.

    EXPRIMEZ-VOUS !

    Google Bookmarks

  • L’année 2010 a été marquée par le début d’une offensive qui se précise, celle de la chasse aux européens et dans le monde; la chasse aux chrétiens, tout particulièrement, sans que ça n’émeuve ni l’ONU ni les grandes capitales occidentales. On a ainsi carbonisé des églises avec leur contenu, en Irak, au Soudan et même en Egypte. Les islamistes nous ont prévenus, ça n’est qu’un début. On a enlevé  et assassiné nos concitoyens dans le Sahel, en Afghanistan et en Somalie. C’est une affaire qui marche grâce aux otages, les islamistes ne manqueront pas de fonds. Soulignons au passage l’affaire du personnel NON PROTEGE d’AREVA au Niger… Mais si nous considérons la situation actuelle en Côte d’Ivoire, ça promet. En effet le dictateur sanglant qui ne veut pas laisser sa place, est une créature pur jus du parti socialiste français qui l’a formé  chez nous dans leurs rangs; ça doit rappeler quelque chose aux socialistes de LYON… Aussi c’est sans étonnement dans nos médias que nous avons pu voir des députés socialistes dont l’ineffable Jack LANG et le complice de Mitterrand, Roland DUMAS venir encourager NGAGBO refusant  de reconnaître le résultat d élections, pour une fois non truquées. Et oser parader à Abidjan. On croit rêver ! Ce qui n’est pas sans rappeler que l’ignoble SEKOU TOURE, criminel contre l’humanité reconnu et feu président sanguinaire de GUINEE était un pur produit de la CGT. Surtout que les médias français n’en parlent pas, de peur que les braves rouges redescendent dans la rue. Dans quelle démocratie vivons-nous ? MÜNICH  BIS ? Peut-on  redouter une fois encore que les chefs militaires de l’Occident soient enfermés dans une pensée militaire d’UN AUTRE ÂGE ? Quant aux gouvernants des démocraties, ils préfèrent SUIVRE leurs opinions publiques que de les CONDUIRE… Sommes-nous en train de faire les mêmes CHOIX FATIDIQUES que ceux des années 30 ?

    Google Bookmarks