• Quid de la Turquie?

    L'ère ERDOGAN s'achève , mais les différents pronostics des médias prévoyant  son échec étaient présomptueux. Nous voici avec un  gars musclé, prétendument "ISLAMISTE modéré", bien que membre de l'OTAN (?!) Je ne sais toujours pas en quoi ça consiste  et j'ai quelques raisons de m'inquiéter, car les Turcs apparemment anti Hassad ne semblent pas avoir bougé alors que leurs copains islamistes RADICAUX sont à la frontière. Certes ce doit être compliqué pour eux, car faudra-t-il combattre les "frères" contre Hassad ou participer à une intervention internationale  anti djihadistes?

    L'absence de réaction officielle, voire le silence, peuvent avoir différentes  explications dont celle d'une neutralité  bienveillante, voire de  combattre avec les "frères"...L'histoire nous enseigne que la fourberie a toujours fait partie des principes guerriers de l'islam conquérant. Il est urgent que l'OTAN éclaircisse la position de la Turquie et la fasse connaître. En effet, plus Hassad s'accroche avec l'aide de Poutine, plus la situation de la Turquie devient délicate. Les Syriens ont exacerbé le conflit  entre la Turquie et sa population KURDE...D'autres pays voisins sont sources d'ennuis pour les Turcs, parmi lesquels l'ARMENIE, CHYPRE, et l'inévitable ISRAËL ... Dire que l'Orient est compliqué est un euphémisme... Que devient dans cette histoire M. GÜL un des fondateurs de l'AKP avec ERDOGAN? Est-ce le moment de ranimer la flamme pro-européenne des Turcs profondément vexés d'avoir suscité la méfiance des européens en permettant l'entrée   d'un loup islamiste dans la bergerie européenne?

    Les conséquences de la création de l'Irak après la première guerre mondiale en  faisant éclater le peuple kurde entre la Turquie , la Syrie , l'Irak et l'Iran fut une connerie inouïe.  Actuellement, le fait que les Kurdes soient encore pratiquement les seuls à combattre sur terre les djihadistes leur donnera le droit de réclamer leur indépendance. Le renforcement de leur propre "armée" demeurera une nouvelle cause de conflit s'il doit en résulter une modification des frontières officielles actuelles. En s'engouffrant dans ce cloaque, les Occidentaux doivent mesurer les risques, mais demeurer fermes contre les djihadistes. Nous sommes coincés car ne pas intervenir c'est laisser ouverte la porte de l'Europe. La France, profondément engagée en Afrique où se situe  son premier rempart, n'a plus les moyens de passer à une phase supérieure. Si l'Europe ne comprend pas qu'il y a urgence à intervenir, elle portera la responsabilité des conséquences de sa pusillanimité. Les Allemands  doivent participer  à ce combat vital en se mouillant autrement qu'en expédiant des équipements et du matériel. Ils disposent d'une armée cohérente  dotée d'un armement de qualité; ça n'est plus le moment d'hésiter en invoquant leur Constitution. Le Japon a vite compris que le parapluie américain serait insuffisant et a entrepris de réarmer face au danger chinois. Le temps de paix se charge de lourds nuages; ne pas prévoir, demeurer en statu quo devient plus qu'une faute , mais un CRIME.

     

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :