• QUI connaît Georges Pâques?

    Nous allons changer de sujet, pour nous évader de cette période   pénible  à traverser. L'histoire de cet homme est quasiment unique  dans  l'histoire  de  l'espionnage   et Dieu sait combien ce milieu comprend  de  multitudes   de "modèles", masculins  et féminins. Pour une       fois  nous  allons     pénétrer   chez  un    "ATYPIQUE" haut  fonctionnaire  français, doté de responsabilités à  la Défense et à l'OTAN .Question:   qu'Est-ce  qui   peut l'avoir poussé, en  pleine  guerre  froide , à transmettre des documents  secrets   au KGB  pendant   près  de  VINGT ANS?  Quand  ça  n'est   ni  l'idéologie, ni  une  femme,  ni l'argent... PROBLEME! 

    De longues traques vont s'ensuivre pour tenter de découvrir ses mobiles. Georges Pâques est né à CHALON en 1914, dans  une  famille  modeste, dont   le   père coiffeur  était  à la guerre. Sa mère , au  foyer, s'occupa   de  lui avec  beaucoup d'amour  et même  trop, comme  dans  ce   genre     de   situation.  Néanmoins  grâce à  elle  en grande   partie,  fit-il  des   études   remarquables, car  il   se  révéla très intelligent et studieux, méritant même  une bourse qui  lui   permit  d'intégrer    NORMALE SUP et d'y devenir un brillant élève. Contrairement  aux  jeunes  de  sa  génération  traumatisés  par  la défaite de 40,il se glissa dans le nouveau régime sans problème  puisqu'il avait ramené la paix.     Catholique  pratiquant,  c'était  un   pacifiste de   droite,    mais nationaliste (...)Contrairement aux jeunes de sa génération traumatisés par la défaite de 40, il avait accepté Vichy et Pétain rien que pour la paix. Parmi les gars de   Normale Sup il y avait de tout. Nombreux parmi les élèves   sortant   étaient   officiers de réserve  et Pâques était  sous-lieutenant. Après deux mois de garnison dans le sud marocain, un organisme chargé de la propagande sur l'Italie ( il était agrégé d'italien: la SAMAE, section d'attaque du moral des armées ennemies où il avait œuvré jusqu'à la chute de Mussolini) 

     

    Muté au Maroc il s'y maria en juillet 1939 avec Viviana, une génoise. Grâce à une bourse octroyée par les lauréats des Concours d'Etat, le couple partit en voyage de noces aux Antilles. Sale époque pour un voyage de noce. La   déclaration  de guerre les atteint alors qu'ils visitent les  îles; sur le chemin du retour , à bord du paquebot BRETAGNE sur  lequel ils avaient embarqué le navire est torpillé par un UBOAT. un navire de la Royal Navy rapplique juste à temps pour les sauver alors qu'ils barbotaient depuis des heures dans une mer tempérée. Le sous-lieutenant Pâques fut d'abord affecté à LYON, avant d'être muté en octobre comme professeur au Lycée de Nice, et un an après au lycée de RABAT.

    C'est donc en Afrique du Nord que le débarquement allié de novembre 1942  le surprit. En tant que loyal à Vichy, il n'apprécia pas cette entrée en fanfare   des Américains; l'atmosphère dans les bureaux de l 'administration le mit mal à l'aise . Ce cocktail de pétainisme de l'armée d'Afrique, de germanophobie et de xénophobie était déstabilisant. Engagé comme tout pétainiste, dans l'armée GIRAUD, Jean RIGAULT lui avait confié la direction politique de RADIO-ALGER, d'où il lançait des messages à l'Afrique du  Nord    sous   le    pseudonyme  de René VERSAILLES. C'était l'époque du cirque franco-français dans la rivalité entre gaullistes et giraudistes; L'armée était  vichyste. Donc  pacifiste  résolu, il ne manifesta  pas la moindre envie de faire partie du Corps expéditionnaire  en Italie; Cette guerre ne le concerna jamais.

    Attention: mon serveur attentionné  a déplacé le second paragraphe, ce qui rend incompréhensible chronologiquement parlant mon texte. vous vous en rendrez compte (désolé une fois de plus) je vous quitte   car je sens un vent mauvais...

    A suivre

     

     

     

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :