• Mayotte (suite 6)

    e

    Ce qui devait arriver se produit , car durant 3 jours et 3 nuits , personne ne peut sortir et les dégâts sont considérables, Mamoudzou est dévasté, les cocotiers ont tous perdu leur chevelure. Quant aux cases et maisons locales, en  matériaux divers, c'est un désastre. Mais  pour  revenir  à  nos  moutons,  sentant  que  le  cyclone  commence à mollir, je  détache ma voiture pour  rejoindre   la  petite   gendarmerie  pour aller aux nouvelles. J'y retrouve la  Secrétaire  générale en pleurs  et  lui suggère de  m'utiliser; Avec  un     poste  radio  emprunté  à la gendarmerie   je  contacte  la  flotte  en  la  prévenant   que  très   bientôt   ils pourront rentrer car nous aurons besoins d'eux. Aucun contact avec DZAOUDZI toujours  sous  le  vent et de  fortes  vagues. le préfet et ses troupes arriveront après la flotte avec un hélicoptère et des journalistes. Dans son regard je perçus comme une espèce de haine, mais il n'était pas près d'en finir avec moi.

    La secrétaire générale me dit que certains enseignants concernés ont refusé de sortir, n'étant pas payés pour ça... Heureusement le directeur de l'enseignement avec quelques professeurs rappliquent pour aider. Puis Nassur1 apparaît pour me dire que notre cabane n'ayant pas résisté, nous sommes sinistrés à 100%. Bon débarras. Comme je l'avais prévenu de me remplacer au bureau après avoir pris mes fonctions d'assistant de la secrétaire générale, j'ignorais que le ministère des DOM-TOM avait expédié au service 8 MILLIONS de  subventions diverses   que j'attendais depuis deux mois.

    Quittant ces travaux dès que la flotte ,la Légion et la gendarmerie eurent pris le relai, je m'abritai chez un voisin pour téléphoner au Trésorier payeur. Qui me dit;(( décidément chez vous c'est toujours le bordel car je vous ai versé ces millions illico à la banque. Demandant le compte bancaire servi, j'apprends que c'est celui de NASSUR 1... Convoquant ce dernier, je lui demande où est passé l'argent. Puis je téléphone immédiatement au directeur de la banque, un copain de bridge ,pour arrêter tout mouvement du compte à Nassur.(( Heureusement  que  tu    as téléphoné  aussitôt, car nous devions verser cette somme sur un autre compte.))

    - Peux-tu me dire à qui il appartient? (( négatif, secret professionnel!)) je fonçais chez le procureur pour l'avertir ((Je ne peux pas intervenir sans preuve formelle)) . Fou de rage , j'attends le passage d'une compagnie para  de  ceux occupant  périodiquement  les îlots  de l'Océan Indien pour décider. Et  deux jours plus tard je retournai chez le procureur avec mon attaché-case rempli lui demandant de convoquer les présidents de tribunaux afin d'ouvrir l'attaché devant témoins.  La stupeur des magistrats me fit plaisir à voir:(( enfin Campistron, comment avez vous obtenu ces renseignements?))  ((Messieurs , désolé mais SECRET PROFESSIONNEL!))

    Obligé de vous quitter mais la suite à bientôt

    A suivre

     

     

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :