• Mayotte (duite 9)

    Devant mes découvertes scandaleuses de plus en plus nombreuses concernant mon secteur qui n'a jamais bénéficié du moindre   contrôle  et  donc   favorisé les malfrats qu'il s'agisse de mon prédécesseur, des cadres de niveau plus que médiocres et de combines concernant d'autres services, j'adresse une demande officielle de contrôle administratif, par voie hiérarchique, au Ministère. je savais que cette demande  provoquerait des remous et  une totale hostilité  du préfet. Mais justement je voulais en recueillir une preuve écrite de façon à prouver la validité de ma requête. Car à force de tout accepter et de banaliser les exactions , il ne suffit plus de râler ou de faire de l'humour quand on a une responsabilité de chef de service.

     Donc j'expédie comme prévu ma demande au préfet qui  la déclare non justifiée se croyant autorisé à œuvrer dans le sens de ceux qui m'ont expédié à Mayotte dans  l'intention  de  me  faire  porter  un  chapeau. Dès  son  retour  je  classe précieusement ma demande avec les avis hiérarchiques  refusant une réponse . positive. Dans ma manche j'ai recueilli les avis des gendarmes et du procureur de façon à étayer mon dossier. J'attends un délai raisonnable et j'en  balance une nouvelle en y joignant les  avis  judiciaires  et  j'attends, en  prévenant   le  sous préfet que je  n'ai  pas  l'intention  de  mollir car  je  tiens à  jour  des   dossiers incendiaires  afin d'attaquer mon prédécesseur , un vrai salaud , qui en rentrant en France aurait été nomme "professeur d'université"(!!!), donc non sanctionné avec une collection de casseroles invraisemblables.(( tu vas achever ce pauvre homme redoutant de perdre sa casquette, c'est dur pour lui.))_ Et crois tu que je vais longtemps accepter de subir les scandales  que j'ai découvert pour les passer à mon successeur, sans avoir fait simplement mon devoir. Non,  ce qui  se  passe

    ici dépasse tout entendement, j'ai vu où ça mène en Polynésie et je ne marche pas dans ces combines-   A force de grossir mes réclamations, je fais un double  de mes dossiers que j'adresse directement à Paris en précisant qu'en cas   de refus ,  je vais attaquer et s'il le faut me faire appuyer par le procureur de la république,  qui est au courant ,en attendant mieux. mon sous préfet levant les bras au ciel, s'écrie alea jacta est !

    Un mois plus tard, je reçois un coup de fil de Paris (???) Allo! vous êtes bien Jean Campistron_ Affirmatif! A qui ai-je l'honneur?- Inspecteur général G..., c'est vous qui nous avez envoyé ce dossier de Mayotte?-Affirmatif! Ravi de savoir que vous en teniez compte- Justement, ça va ? je veux dire, vous êtes sérieux?  -On ne peut plus monsieur l'inspecteur général- Mais c'est fou; vous vivez dans un asile!- C'est encore pire car la corruption  est  généralisée  depuis  des   lustres  et   si quelqu'un  de chez vous  déboule ici, ça va faire grand bruit. Nous baignons dans un  scandale  PERMANENT

    Je vous remercie , vous aurez bientôt de nos nouvelles.

    A suivre.

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :