• MAYDAY (suite)

    Le pauvre "moi président" commença son règne avec la bénédiction des "PIPOLS", diffusant sa photo sur son scooter, ce qui fit désordre en France , mais rigoler la presse mondiale. C'était moins grave que l'accueillante négritude.    Mais  vous  connaissez la Presse,  elle est impitoyable; ils commencèrent à répandre des ragots.  Notre bon peuple  tolérant , se mit à redouter que du train qu'il menait notre monarque ne claque un beau soir dans son lit entre les cuisses d'une hétaïre comme un de ses prédécesseurs présumant  de ses performances. Son sex- appeal étant tel qu'on pouvait effectivement craindre pour lui une issue heureuse , mais cependant tragique.(on m'a supprimé la fin de cet article, mais à bientôt!

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Fort heureusement pour la république il n'en fut rien. Les médias toujours taquines et friandes d'intimité, prétendirent qu'il serait devenu impuissant après la lecture du brulot incendiaire de la TRIWEILER. Le régime commençait à passionner les foules et personne ne voulait aggraver son cas en essayant de vérifier s'il y avait quoi que ce soit de vrai dans cette assertion.

    Malheureusement pour lui , sa popularité qui aurait du grimper, car avec son air de rien, notre monarque s'était révélé digne du coq gaulois ( sacrés vint dieux!), il n'en fut rien et sa popularité plongea étrangement dans des abysses. François BAYROU lui-même en fut choqué.

    (( Le président timide s'est fait bizuter par la presse people et son casque intégral ne l'a pas protégé. Loin de servir d'écran protecteur il est devenu le corps du délit, un voile présidentiel  qui transgresse l'obligation médiatique de transparence totale.))

    Christian SAMON" les derniers jours de la V° république" Fayard, Octobre 2014

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :