• Les groupes aéronavalsaméricains actuellement

    Comme prévu et pour complèter notre information sur l'US Navy, voici un gros morceau, car aucune nation au monde ne dispose d'une telle force... Dieu merci!S'ils demeurent  les  symboles les plus visibles de la puissance américaine, aussi bien  militaire  que  diplomatique ( Cf.  l'action  du  Groupe  de  l'USS   Georges WASHINGTON ( CVN 73), en novembre dernier en réponse au typhon Haiyan qui a frappé les Philippines l'a prouvé,  les  groupes  aéronavals  américains, fer  de lance de l'USS Navy sont  en  crise.) Depuis  un  peu  plus  d'une  quinzaine d'années, les  capacités  des    groupes   navals   américains   se    sont   amenuisées  à  cause  de  choix technologiques  et  stratégiques. En effet ,depuis  le  11 septembre  2001,  les missions  des   groupes  navals  de l'US  Navy  ont  été  orientées  sur  la  lutte contre  le  terrorisme,  les  guerres  d'Irak et  d'Afghanistan. D'où cadence  de déploiement élevée, croisières de longue durée intégrant des phases d'opérations intenses   et concentrées sur l'appui d'opérations terrestres...

    Les CARRIER  STRIKE GROUPS (CSG) demeurent à notre époque l'outil de , projection de puissance le plus remarquable; non seulement, la puissance exceptionnelle du porte-avions, véritable base aérienne disposant de moyens exceptionnels outre son groupe aérien embarqué ( CARRIER AIR WING) , mais incluant également une escorte redoutable, comprenant au moins un croiseur et plusieurs destroyers de classe ARLEIGH BURKE, un ravitailleur polyvalent et  au moins un sous-marin nucléaire d'attaque. Cette composition peut varier selon sa zone de déploiement et les missions envisagées. Ainsi en  octobre 2013, le  bon peuple  ne savait pas que l'Amérique avait envisagé sérieusement de mener des frappes contre les forces syriennes du président Bachar al-ASSAD, en déployant en Méditerranée un Surface Action Group (SAG) composé de quatre destroyers Arleigh  Burke + 2 autres destroyers +  le croiseur PRINCETON( CG-59) encadrant le porte-avions NIMITZ et  son carrier Air Wing. de quoi faire réfléchir POUTINE et influencer la décision concernant les projectiles   asphyxiants, entre autres... 

    Cette concentration de forces aériennes et navales de ce CSG est  loin  d'être négligeable ( pâle euphémisme) même si elle est centrée sur un engagement terrestre. Mais comme c'est le cas depuis Septembre 2001, certaines capacités spécifiques se sont  érodées  durant  les  deux  décennies  écoulées,  car  ces interventions  se sont déroulées dans un environnement totalement permissif, caractérisé  par une  absence totale  de menace directe , navale ou aérienne et même air-sol. Il en résulte un recul sur le haut du spectre des missions navales potentielles   spécifiques qui  inquiète  aujourd'hui  les  patrons  de  l'US Navy...

    Et comme le CSG-5), celui justement du NIMITZ est basé au Japon, l'attitude agressive de la marine chinoise à l'encontre de la Corée du sud et du Japon a t fait penser  aux  amiraux  américains  qu'il  était  temps  de reprendre  un entrainement  aéronaval  de  haute  intensité afin de réconforter leurs alliés d'Asie de l'est et du sud-est. Il n'est en effet que temps de rendre aux CSG un niveau  suffisant en matière de lutte anti-missile, mais aussi de défense aérienne de  la flotte  contre  une menace  notamment  aérienne  et  SQUS-MARINE SOPHISTIQUEE. ( Se reporter à notre article sur la stratégie américaine dans le

    Pacifique)

    Le plus urgent est incontestablement l'EROSION des groupes aéronavals face aux menaces sophistiquées que constituent les missiles balistiques antinavires chinois comme le DF-21 D...des missiles de croisière potentiellement  SUPERSONIQUES ainsi que des missiles HYPERSONIQUES comme le BRAHMOS russo-indien sans oublier la menace sous-marine des sous-marins nucléaires d'attaque. Américains et japonais ont donc du pain sur la planche...Renouvellement des moyens dépassés et modernisation de toutes les capacités en fonction d'un adversaire potentiel en pleine reconstruction de ses forces armées. Concernant les missiles balistiques, adaptation du système AEGIS des bâtiments de surface, production accélérée des missiles adaptés ( SM-3),développement du nouveau Radar de défense antimissile AMDR contre des missiles  super/hypersoniques à tir tendu. Mise en place des P-8A à la place des P-3C ORION de patrouille maritime basés à terre. Multiplication de drones de surveillance en coopération avec les japonais. S'attaquer  sérieusement  à  la  guerre  des  mines , point  faible  de  la  Navy... Problème de   des  F-14 TOMCAT  en  2006,  pour  pouvoir  mener  des attaques  autonomes  en profondeur sans ravitaillement en vol. Je le répète, ça ne sera pas de la tarte!

     A suivre

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :