• Les enseignements des années 30!

    Lorsque je fus exilé en France pour y poursuivre mes études, c'est mon grand père vieux marsouin, un des derniers   conquérants de l'empire colonial qui m'a formé. C'était un républicain style hussard noir... Il ne connaissait  pas  les  nazis , mais  parlait  toujours des Prussiens. J'avais  onze ans quand il a  entrepris de me diriger vers les langues ,    en m'inscrivant; 1° langue: allemand, 2° langue : anglais;  Explication : les  Prussiens  ne rêvent  que  de  prendre leur revanche  et s'y attèlent ta génération connaitra la seconde guerre mondiale , ça  te sera utile; quant  à la langue anglaise ce sera celle qui  sera pratiquée dans le monde entier. J'ai donc embrayé en 6° sur ces  rails et effectivement j'ai pu contrôlé combien il avait vu clair.

    Pourquoi ce rappel? Parce que  la  crise  que  nous  traversons  me rappelle celle des années TRENTE et ce qui s'en est suivi. Dans une société de sang et de chair, le besoin de répondre aux tendances de la jeunesse  en  désarroi est celui du pouvoir fort  et personnalisé. La démocratie, fondée sur la  RAISON, tire sa  force du   COMPROMIS. Notion étrangère à la jeunesse. Elle recherche avidement , in fine, à trouver quelqu'un à qui faire confiance. C'est  dans  ces  conditions, vers    lesquelles  nous   évoluons  que  sont  nées  les  dictatures européennes, des années 30 (en vérité entamées après le traité de Versailles).Certes ,notre situation n'est pas EXACTEMENT comparable à celle de l'Allemagne , de l'Italie ou de l'Espagne, mais en analysant les réflexes en  profondeur, il y a  lieu  de  s'inquiéter; suivez  mon raisonnement.

    Peut-on demander à une  jeunesse  sans   ouverture de  soutenir une démocratie   chancelante? Car  notre  gouvernement  branle sérieusement  dans  le manche, ou alors c'est être aveugle et sourd. En 1932, le chancelier  VON  SCHLEICHER  fit  une  tentative  de sauvetage  de la république de Weimar. Il  confia  à  Ernst BUSKE, responsable   national des" jeunesses  allemandes  LIBRES",  un programme  d'EDUCATION CIVIQUE. PEINE PERDUE; COMMENT LA JEUNESSE S'INTERESSERAIT-ELLE  aux INSTITUTIONS  D'UN   ETAT  que   les responsables ne voulaient NI  COMPRENDRE, NI AMELIORER?PERSISTANT à USER DE SOLUTIONS OBSOLETES...

    Les gars du parti nazi en ébullition, analysant la situation, en ont conclu, QUE MËME  NON POLITISEE, LA JEUNESSE FINIT PAR SE RETOURNER CONTRE LA DEMOCRATIE LIBERALE, où chacun fait ce qui lui plait, PARCE QU'ELLE MANQUE DE VITALITE INTERNE. CELUI QUI N'A PAS UNE CONCEPTION PHILOSOPHIQUE  FIABLE DE LA VIE,N'A RIEN A DIRE NI PROMETTRE A LA JEUNESSE QUI FINIT PAR SE DETOURNER DE LUI. SANS UN ETAT REEL, VIVANT, COHERENT et PRESENT, LES JEUNES NE SONT QUE des"RESSORTISSANTS" auxquels ne restent que la FUITE ou l'AVENTURE. REFLECHISSEZ: c'est ainsi que sont nées les jeunesses hitlériennes et fascistes, ça coule de source. Nous approchons du moment où il ne reste plus qu'un synchronisateur pour que ça pète...

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :