• La MCO dans l'armée de Terre ' (suite)

    Le maintien en condition opérationnelle (MCO) ne couvre pas seulement les dépenses "de joints et de boulons", mais aussi la main-d'œuvre, comme lorsqu'on va chez son garagiste pour l'entretien de son véhicule. Il comprend également bien d'autres aspects comme le traitement des OBSOLENCES et l'ensemble du SPECTRE de la VIE d'un ENGIN avec remise à niveau, intégration de nouveaux composants, etc.( Il serait utile que les politiques DECIDEURS des guerres diverses , en OPEX "abondantes."..  sachent qu'à force de tirer sur la corde et sur nos braves petits gars, sans tenir compte , ni des avertissements de la commission parlementaire, ni des ruades des chefs d'Etat Major, ni  évidemment des officiers engagés sur le terrain, ça va mal finir.)

    Nous avons donc bien affaire à des AMATEURS non éclairés , qui jouent avec le feu, c'est inouï. Les militaires ont beau devoir risquer leur peau, car c'est leur métier, mais depuis ces dernières années, nos gouvernants ont par trop chargé la mule. Quand prendront-ils conscience que trop c'est trop? Depuis quelques années (1990)le MCO fait l'objet d'une approche globale. Il est intégré dans une enveloppe budgétaire regroupant coût d'acquisition et coût de possession pour les matériels nouveaux rendant CONTRACTUEL le MCO des matériels plus anciens.

    L'armée n'a plus les moyens d'assurer les frais de la MCO qui sont EXTERNALISES sous la direction des industriels qui ont fourni le matériel.  Cela  a l'avantage de ramener l'armée à ses missions régaliennes en la libérant de la charge excessive des personnels CIVILS de la défense, mais  posant un problème budgétaire, et  surtout SINDICAL et donc ,POLITIQUE, avec la question du statut d'OUVRIER d'ETAT ( Suivez mon regard, car nous ne sommes ni chez les Soviets , ni en dictature...)

    Ces contrats de MCO externalisés FONT GRONDER D'AUTANT PLUS QUE LA LPM 2014 PREVOIT UNE NOUVELLE REDUCTION DES PERSONNELS CIVILS DE LA DEFENSE, tout en augmentant les crédits pour la DTO des Forces! En tout état de cause, l'externalisation du MCO est inéluctable, et ce ne sont pas des combats d'arrière-garde qui changeront les choses, sinon les risques de FAIRE ENCORE PERDRE PLUS DE TEMPS...

    Ainsi une demande pour une pièce détachée formulée auprès de l'industriel sera immédiatement transmise au fournisseur qui va prélever celle-ci dans ses stocks ou la fabriquer-ce qui peut prendre des semaines, ce qui est le cas des   VEHICULES "HISTORIQUES" encore en service APRES 30 à 50 ANS ( spécialité française bien connue par l'armée de terre...) Pour faire court, ça ne baigne pas dans l'huile et  le président du haut de son bureau a réaffirmé:(( les engagements financiers de la LPM2014-2019, SERONT CONFIRMES, tout en demandant au gouvernement " de faire des  propositions pour AMELIORER LA GESTION DES MATERIELS" ( démerdez vous!) Or depuis que les chiffres ont été connus, nombreux sont les doutes sur leur exactitude...

    De nombreux exemples prouvent non seulement que la militarisation de certains engins destinés au GENIE ont non seulement un taux de disponibilité de 53,7%! POUR UN COÛT de 228.4400 EUROS/ PIECE! et comme il en fallait 35 exemplaires , ça faisait 799.4000 EUROS soit plus de la moitié du CA annuel de la société industrielle...Autre exemple: le VAB, présent dans nos forces jusque dans les années 2025/2030,est  âgé de CINQUANTE ANS!!!! KAFKA et le FOLKLORE FRANCHOUILLARD rappelleront aux anciens quelques souvenirs concernant nos véhicules et Courteliney trouverait quelques bons chapitres.

    A suivre

     

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :