• L'Occident au pied du mur (suite 2)

    à(( Après la chute du mur, il y eut un flottement et un vaste questionnement sur l'adaptation des modèles (des armées).Puis contre l'avis de l'Institution militaire, le président CHIRAC trancha: ce serait l'ARMEE DE METIER. D'où suspension (définitive) de la conscription pour un faisceau de raisons...Devenue trop inégalitaire, pour demeurer socialement supportable. Les opérations s'annonçaient essentiellement EXTERIEURES: or,  àl'extérieur du territoire  national, une démocratie ne peut sacrifier que des PROFESSIONNELS. L'inflation militaire (la croissance EXORBITANTE du COÛT des EQUIPEMENTS) faisait qu'on ne pouvait plus équiper à bon niveau qu'une PETITE ARMEE... Pour éviter d'avoir à accepter une armée à deux vitesses.

    (( Ce fut un joli coup politique pour le Président en exercice! et voici donc ce que devint notre Armée:l'ARMEE d'OPEX (armée d'Opérations extérieures) toujours plus réduite. Ces dernières eurent TROIS EFFETS PERVERS. le premier, étant que n'étant jamais ni ABSOLUMENT NECESSAIRE, ni  PARFAITEMENT JUSTICIABLE, elle laisse penser aux CONRIBUABLES qu'on dépense  son argent  pour l'amusement     du PRINCE  ou dans SON INTERÊT PERSONNEL  ce qui est toujours partiellement vrai!)

    (( Ce ressenti est d'autant vrai en France que le discours politique et moralisant de JUSTIFICATION oublie généralement d'indiquer que l'on va se battre dans l'intérêt des Français, ALORS QUE C'EST LA SEULE LEGITIMITE! Une espèce de PUDEUR EMPÊCHE DE LE DIRE, CONTRAIREMENT AUX PRATIQUES ANGLO-SAXONNES.))

    A suivre

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :