• Investigations (suite 4)

    Attention, nous allons rentrer dans du DUR: ce n'est ni une blague , ni un film , c'est la simple saga ubuesque de RENAULT. (( La crise, c'est l'opportunité. On n'a pas le choix, il faut agir vite:))C'est LIBERATION, 29 juin 1999, qui parle en ces termes de CARLOS GHOSN, le boss de Renault , dont le quotidien de gauche nous parle en ces termes fasciné de CARLOS lorsqu'il reprend les f rênes de NISSAN, au bord de la faillite. Tous les médias- àl'exceptionde l'HMNITE, encensent alors l'autorité, l'énergie et le talent de ce " citoyen du monde" comme se définit lui-même ce titulaire de TROIS passeports: Brésilien, libanais et Français...((Carlos Ghosn ou la greffe réussie d'un TOP MANAGER)), titre l'EXPANSION en  septembre 1999 L'article raconte l'arrivée au japon de ce polytechnicien surnommé   "SEVEN ELEVEN" en raison de l'AMPLTUDE de ses horaires de travail, et et si apprécié des Japonais pour son calme impressionnant. 

    Pendant des années, le "demi-Dieu"   de l'Industrie automobile est vénéré comme un trésor vivant. Sans lui, lit-on à longueur de colonnes, point de salut pour l'alliance Renault-Nissan. Le mariage de l'ancienne régie, nationalisée depuis 1945, et jusqu'en 1986, avec le fleuron de la technologie à la japonaise: voilà qui avait de l'allure. Sauf que la grande entreprise, symbole pendant 50 ANS de ce qui s'est fait de mieux sur le plan social, est devenue une sorte de MONSTRE prête à tout, même à dévorer les siens...Au nom de la compétition internationale et des LOIS du Marché...

    Avec le temps, les grands principes de ce PDG modèle, il  n'en restait plus grand chose. Ainsi, sans préavis, il a viré durant l'été 2013 son numéro DEUX, CARLOS TAVARES.'' D'un commun accord avec Renault, ce dernier cesse ses fonctions de Directeur général délégué aux opérations de   Renault afin de poursuivre des projets personnels... annonce le 29 août, un communiqué énigmatique du constructeur automobile. ((Poursuivre des projets personnels)) est synonyme, dans la novlangue managériale, d'être débarqué du jour au lendemain. TAVARES manque un peu de finesse , il est vrai, puisqu'il avait expliqué à qui voulait l'entendre (interview accordée à BLOOMBERG le 14 août 2013) moins d'un mois auparavant, qu'il cherchait une place de patron ailleurs. Carlos Ghovn n'a pas remplacé son collaborateur qu'il avait pourtant encensé à sa nomination. Il .devait en avoir assez des numéros deux...Il décide de régner seul; ce qui est risqué. Son insolent adjoint devait sûrement avoir des défauts, mais il avait remonté la marque ALPINE moribonde, et  surtout, regonflé le moral des équipes d'ingénieurs.

    Regonfler le moral chez Renault, n'est pas une mince affaire depuis l'arrivée  de "SEVEN ELEVEN" au sommet. Dès les premiers jours, Carlos Ghovn a concocté un plan baptisé Renault CONTRAT 2009. Comme tous les chefs de son espèce, il ne montre jamais les dents. Il emploie des mots mesurés, dénués de tout caractère affectif pour décrire son action. Pas de charrette, pas de gestion par le stress, pas de gouvernement par la peur. NON, le propre du CANNIBALE est de bien CACHER SON JEU... Il demeure souriant, rationnel, bienveillant même à ses troupes. Il est donc question " d'offensive produit"," d'engagement  qualité", "d'optimisation de l'investissement', "d'enrichissement de l'offre" de "réduction des coûts".

    le plan est salué avec déférence par l'ensemble de la place qui couronne Carlos, "MANAGER DE L'ANNEE" à plusieurs reprises. Mais il y a un problème: ses objectifs ne sont jamais atteints... le haut de gamme de la marque? Il ne décollera pas, entre la VELSATIS, qui ne convaincra jamais, dont le constructeur a vendu péniblement 150 exemplaires en France au premier semestre 2013, contre 2000 immatriculations de BMW et 1300 AUDI. Le bas de gamme , en revanche, est un triomphe, avec la LOGAN, projet hérité du précédent patron, Louis  SCWEITZER.

    Fabriquée en Roumanie, où Renault a acheté le constructeur local DACIA, voiture initialement destinée aux pays émergents, dans lesquels la classe moyenne n'a  pas les moyens de se payer une voiture à l'Occidentale. Or c'est dans les pays développés qu'elle suscitera l'enthousiasme, au point de faire de l'ombre aux modèles vendus par Renault.( comme on m'a emmerdé , à bientôt!)

    A suivre

     

     

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :