• Déclin, décadence, dégénérescence

    Lorsque la France, grâce à ses alliés, a gagné la première guerre mondiale,  dont elle ne s'est jamais remise,  avec ses énormes pertes humaines, cette victoire-là , elle l'avait méritée, mais elle a également perdu les meilleurs de ses fils et en 1918, déjà les effets s'en sont ressentis. Mais comment en vouloir aux survivants d'un conflit aussi terrible de rechercher le repos du guerrier et de jouir enfin de la vie. La tension s'est aussitôt évanouie et la politique, à la française a vite repris son cours. Cela s'est traduit par un ramollissement général et aussitôt le traditionnel partage en deux de ce vieux  pays gaulois, dont les meilleurs fils étaient morts et pas près d'être remplacés. Les planqués et les margoulins sortirent du bois. Les anciens combattants exploités par des hommes politiques se révoltèrent et des incidents quasi révolutionnaires eurent lieu dont les conséquences furent d'abord la fameuse CAGOULE à laquelle appartint François Mitterrand et d'autres figures que nous retrouverons dans les années 30 et suivantes. Puis un esprit de jouissance de  paix et de  liberté recouvrées s'ensuivit, gommant les soucis, chacun étant persuadé qu'il avait vécu le der des der...Enfin la population put souffler et se détendre quand survint la crise amenant les grèves et les revendications finalement satisfaites par le changement de société de 1936.

    Hélas, pendant ce temps les nazis pensant à la revanche s'étaient redressés sous la férule hitlérienne alors que  nous construisions la Ligne Maginot pour dormir sur nos deux oreilles... Puis les nuages surgirent, gris puis noirs, avec la guerre civile espagnole que nous abandonnèrent aux fascistes. Puis La  capture de l'Autriche sans bobos, puis Tchécoslovaquie. En France la fête continuait, Charles TRENET, RAY VENTURA, d'excellents films , des artistes talentueux , mais un "jem'enfoutisme" généralisé s'était installé. La France vivait dans une île de paix, quand la foudre s'abattit après l'échec lamentable de MÜNICH, révélant l'état lamentable des mentalités non préparées aux événement tragiques qui allaient écraser une 'Europe plus trouillarde que frileuse. Nous avions perdu patriotisme, esprit civique et nos soldats mal équipés, mal commandés par des séniles parfois, montèrent en ligne comme je les ai vus gamin , EN PLEURANT (sic). Cette période signifiait notre DECLIN, concernant d'ailleurs les démocraties européennes qui s'étaient comportées  en général comme des cigales.

    Vichy sonna le glas de la grandeur française et notre peuple ne voulant plus  se battre était prêt à accepter n'importe quelle dictature pour éviter la guerre. Pétain faisait l'affaire en acceptant la collaboration avec l'ennemi. Ce fut la DECADENCE  dont nous ne nous sommes pas encore relevés. Le pays une nouvelle fois coupé en deux avec ses héros et ses traitres , ses délateurs  et ses martyrs, ses victimes. Sans les "quelques résistants", les Français libres et les combattants  de l'armée d'Afrique, nous aurions passé sou une administration américaine ayant tout préparé, car ROOSEVELT ne voulait pas de De Gaulle qui a sauvé notre indépendance. La libération en 1944 eut un goût amer pour de nombreux Français et une durable coupure apparut à nouveau entre les fidèles à Pétains   et les combattants,  car la mase populaire qui avait tout accepté sous Vichy, soufflait certes, mais en profitait," SANS PLUS."..

    Les années suivantes connurent une France plus divisée que jamais car la IV° république acheva de discréditer la France aux yeux du monde ( guerre d'Indochine , puis Algérie, puis dissolution de l'empire colonial) et la CHIENLIT en France. L'avènement du socialisme et la DEGENERESCENCE où nous vivons. Dont il sera encore plus difficile de s'en sortir caune fois de plus nous sommes dicisés face au danger...

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :